Fait d’une architecture purement française et construite à partir de rien selon un plan milésien, la nouvelle Orléans (dont le nom fut donné en l’honneur du régent Philipe, duc d’Orléans) a été créé en 1718 par des colons français et Jean-Baptiste le Moyne. Elle a été proclamée capitale de la Louisiane en 1722.

La Nouvelle-Orléans vous en mettra plein les yeux avec son architecture, ses clubs de jazz et de blues, ses vieux quartiers français, ses rues tout aussi étroites et rectilignes. Et ce n’est pas tout ! Vous serez également sidéré par ses magnifiques balcons de fer forgé auxquels sont suspendues des fleurs de tous genres, sans oublier le grand carnaval du Mardi-Gras, les bayous, les diversités culinaires, les musées, etc.

Gros plan sur La Nouvelle-Orléans 

Grande ville de l’État de Louisiane, la nouvelle Orléans est une ville métropolitaine située le long du Mississippi près du Delta. Elle regorge de patrimoines coloniaux français et est très riche en culture. C’est d’ailleurs cela qui lui a permis de bénéficier du surnom big Easy.

Avec le temps, elle est devenue un centre commercial par lequel transitaient des peaux d’animaux et fourrures fabriqués par les Amérindiens ainsi que d’autres produits de plantation tels que le tabac et l’indigotier qui sont envoyés vers l’Europe. La Nouvelle-Orléans fut cédée à l’empire espagnol, mais elle a été reprise par la France avant d’être vendue finalement avec la Louisiane aux États unis en 1803 par Napoléon.

En 1880, La Nouvelle-Orléans a perdu son titre de capitale, mais elle a connu une modernisation au début du XXe suite à la construction de digues, de canaux et de streetcars. Dans les années 90, cette ville qui comporte 65 % d’Afro-Américains (dont certains ont pour descendants des créoles) a connu une effervescence tant artistique que musicale, car à travers elle, naissaient de grands noms de blues et de Jazz.

Malheureusement en 2005 elle a perdu près de 30 % de sa population suite au passage de l’ouragan Katrina le 29 août. Cet ouragan a causé de grosses inondations et détruit de nombreuses constructions. Cependant, elle est et reste une destination qui vous émerveillera par la splendeur de son paysage dru qui à cet effet a reçu le surnom de pays Bayou. De plus, sa richesse en fruits de mer ainsi que ses multitudes ethnies ne vous laisseront pas indifférent, car les descendants créoles ont conservé certaines habitudes et cultures avec lesquelles ils valorisent la ville.

Nombreux sont les visiteurs qui se sont laissés dompter aussi bien par les couleurs vives et resplendissantes des maisons créoles que par la combinaison des mets de la planète qui se retrouvent parfois dans la même casserole.

Les bayous 

Nés des anciens bras et courbes du Mississippi, les bayous qui signifient « serpent » sont une étendue d’eau kilométrique qui occupe le sud de la Louisiane. Le courant de cette étendue de façon lente va vers la mer en basse marrée, mais également vers l’amont en marée haute.

La région nommée bayou est la grande région remplie de marécages au sud de Louisiane, particulièrement celle de l’Acadiane qui était jadis habitée par les Cadiens qui se nourrissaient que de produits halieutiques et de chasse.

On ne peut parler de La Nouvelle-Orléans sans évoquer les bayous. Pour vous y rendre et les découvrir, il vous faut prendre une voiture et emprunter l’U.S. Highway 90. C’est la route principale qui traverse cette région et ses multitudes Marais. Les bayous les plus proches sont situés à Laplace qui est seulement à 20 minutes de voiture.

Autrefois habité par les cadiens, les bayous ont été baptisés par ceux-ci en français avec des noms comme le bayou Mouchoir de l’Ours ou Queue de Tortue. Ce réseau de plusieurs milliers de kilomètres peut être parcouru en canoé ou avec un bateau à fond plat afin de mieux profiter de la faune et de la flore.

Le bayou Vermillion

C’est un cours d’eau en provenance de la Louisiane qui arrose la région acadienne. Ce cours d’eau va à marée basse se jeter dans la baie du Mexique. Vermillion lui a été donné par les Louisianais de l’époque de la Louisiane française.

Au cours de la marée montante, les eaux de la mer se déversent dans la rivière Vermillion à l’endroit où l’Estran emprunte les terres pour aller dans la ville de La Fayette, cette rivière est aussi nourrie par plusieurs autres bayous  spécialement le bayou Teche.

En marrée hautes, la rivière Vermillion dont le flux augmente, se jette dans les bayous qui sont amont (bayou Teche, bayou Tortue), puis repartent lors de la marée basse à la mer par la même rivière.

Cette rivière le long de son passage sépare deux paroisses : celle de Lafayette et celle de Saint-Martin. Elle rejoint enfin les côtes du golfe mexicain vers l’intracoastal City après un détour par la région d’Abbeville.

Une station de pompage avec une capacité de 29m3 de pompage par second a vu le jour sur le cours d’eau Atchafalaya au niveau du bayou Courtableu et Vermilion suite au projet « Eau fraiche Teche-Vermilion » débuté en 1976 et qui a continué en 1982.

Le bayou Tortue

Il est constitué de plusieurs cours d’eau :

  • Le bayou Tortue Lafayette

Il coule à l’est de la ville de Lafayette et passe le long de la piste d’atterrissage régionale de Lafayette. Son cours d’eau siège au sein de la paroisse de Lafayette. Très tortueux, il va vers l’amont d’ouest en est puis redescend du Nord et part vers le Sud, puis se divise vers l’Ouest et se mêle à d’autres bayous. Elle a une latitude de 30.1865898 et une longitude de 91.84734.

  • Bayou Tortue Avoyelles

Situé au sein de la paroisse des Avoyelles, il constitue un lac de marécages et fait une superficie de 14 mètres, ce qui dépasse le niveau de la mer. Il a une altitude de 31.16129 et en longitude, elle fait 91.84734.

  • Le bayou Tortue îles Vénitiennes

Ces îles sont traversées par plusieurs autres bayous (bayou bienvenu, bayou Mercier, bayou Michoud ; bayou village de l’Est) et aussi des canaux puis sont logés à l’est de la Nouvelles-Orléans.

Le bayou Teche

Il commence sa course depuis Port Barre et prend à cet endroit les eaux du Courtableau. Il va ensuite au Sud puis rejoint la rivière Atchafalaya par la minuscule ville de Patterson Louisiana.

Il s’est construit dans le lit principal du Mississippi qui coulait autrefois (entre 2800 et 4500 ans). Ce seul itinéraire du fleuve qui prend son aval le Mississippi est rempli d’alluvions (compositions de Limon et de sédiments).

Autour de ce bayou vivait les tribus amérindiennes (Atakapas et Chitimachas), ce sont eux qui lui ont donné le nom de Teche,  ce qui signifie serpent. Ce nom a été donné en fonction des sinuosités et des méandres du bayou.

Pendant la guerre de Sécession, ce bayou a été un grand lieu de combat entre les peuples qui étaient présents juste pour s’accaparer les ponts spécialement le Breaux Bridge.

En 1930, des digues ont été construites le long du cours d’eau Atchafalaya dans le but d’assécher le Teche et les rizières qui le longent. Mais, entre 1976 et 1982, les ingénieurs de l’armée américaine ont construit des points de pompages à Krotz Springs afin d’irriguer la rivière et le Courtableau.

Le bayou Queue de Tortue

Le nom de ce bayou est né du nom d’un amérindien. Cet amérindien était chef de la tribu atakapas et s’appelait Célestin La Tortue à l’époque de la Louisiane française. En 1801, ce chef vendit à Jean Lyon un colon acadien, des lopins de terre qui sont situés autour du bayou qu’on a appelé queue de Tortue.

Le bayou queue de tortue a connu une crue qui a inondé le village Gueydan. On érigea alors  en 1950 une digue pour contrer l’abondance des eaux en cas de montée rapide du niveau d’eau. Ce bayou entraine toujours des inondations de nos jours, car il s’est envasé.

Ce bayou qui coule en Louisiane dans l’Acadiane prend sa source à l’ouest de Lafayette.  En amont, elle érige une barrière naturelle entre la paroisse Lafayette et la paroisse d’Acadie et s’écoule vers l’ouest. En aval, elle descend vers le sud puis divise la paroisse d’Acadie et la Paroisse de Vermilion.

Après 64 kilomètres de pistes tortueuses, ce bayou se déverse dans la rivière Mermentau. Il possède en partie des voies navigables. On peut même apercevoir des praires de part et d’autre du bayou queue de tortue et l’on cultive du riz autour.

Bayou Nez-piqué

Nez-piqué est une région qui a été colonisée par les Atakapas (Amérindiens). Le nom Nez piqué lui a été donné parce que cette tribu a pour habitude de se tatouer le nez. Ce qui ressemblait selon les colons à un nez piqué sur leur visage.

Ce bayou de 110 km coule dans le bassin de la rivière Mermentau et est navigable sur plus de 40 km, mais avec des bateaux qui possèdent un faible tirant d’eau. Il est un affluent du Mermentau.

Le bayou Lafourche

Le bayou Lafourche a connu dans ses environs des Indiens Washas qui étaient présents bien avant que les explorateurs ne firent la découverte du bayou autour du XVIIe siècle. Cette découverte date de 1699 quand Pierre Le Moyne aperçoit le défluent de la rivière principale qui le conduisit vers les Washas.

Il fut suivi dans la même année par son jeune frère Jean Baptiste Le Moyne qui à son tour descend sur une partie du bayou faisant  48 km. Les chitimachas, tribu belliqueuse amérindienne quant à eux  prennent place en amont non loin du bayou.

Ainsi naissent des violentes altercations entre les chitimachas et les explorateurs français. Ces derniers finissent par nommer ce lieu habité par les chitimachas et les Acadiens, « bayou la fourche des chitimachas ». Lorsque la Louisiane fut vendue aux États-Unis, ce nom a été raccourci et est devenu « Bayou Lafourche ».

Les premiers Acadiens viennent en Louisiane vers 1760 sous l’autorisation des Espagnols et furent installés dans la zone des Atakapas un peu près du bayou Teche. Avec le temps, ils se répartissent vers le sud et l’est de Louisiane. Certains se sont installés dans le bassin de la Lafourche et ont pris place dans la région qui est actuellement occupée par la Paroisse saint-James et la Paroisse de l’Ascension.

Cette région compte environs 18.063 533 habitants qui logent presque tout sur la berge du bayou. Les terres à cette époque étaient données aux Allemands aux Espagnols des îles Canaries et aux Acadiens qui venaient de côte allemande située sur le Mississippi. Ces terres étaient données par les autorités espagnoles. Ce n’est qu’en 1820 que les Américains ont commencé leur migration.

Étant l’un des défluents du Mississippi, mais à faible débit, le Bayou Lafourche bénéficie de celui-ci près de 10 à 20% de débit, et ceci jusqu’en 1904. On construisit à Donaldsonville un barrage afin d’empêcher cette zone d’être alimentée et remplie. Ce geste fit stationner l’eau au niveau du bayou.

En 1940, à l’aide d’une pompe, l’eau fraiche a été ramenée dans ce bayou afin que ce dernier transporte l’eau potable, car le bayou Lafourche fait partie des principales sources d’eau potable auxquelles viennent s’approvisionner les paroisses qui l’entourent.

Il a été conçu un projet de réaménagement dont la première partie fut implantée à Belle-Rose, compte relier le bayou Lafourche au Mississippi dans la région de Donaldsonville.

En quittant Donaldsonville pour Lockport, les eaux du bayou construisent plusieurs sinuosités et méandres. Ce bayou est fortement pratiqué de Lockport vers Port Fourchon où est logée son embouchure. Il est en grande partie traversé par le Gulf intracoastal Waterway qu’il rencontre vers la ville de Larose sans oublier les plateformes de pétrole et de pêche.

Le bayou plaquemine

Encore appelé bayou plaquemine brulé, il coule au sud de la Louisiane et est un affluent de la rivière Mermenteau. Il fait 120 km de long et est navigable dans les 30 derniers kilomètres avant sa confluence avec le Mermenteau.

Son nom lui a été donné par les colons acadiens venus dans la région acadienne au temps de la Louisiane française. Le nom provient du plaquemier qui est un arbre dont les fruits sont appelés kaki en français.

Bayou La Batre

Pour la petite histoire, Bayou La Batre est un territoire d’origine française pendant la période de la Louisine française. Aujourd’hui, elle est une cité d’Alabama aux USA peuplée de 2 558 habitants selon les recensements de 2010. Le nom Bayou explique que cet endroit est une superficie d’eau partiellement marécageuse née du fleuve Mississipi. Bayou La Batre est reconnue pour ses activités de pêche mais aussi pour ses installations pétrolières. Vous pouvez y trouver de bons fruits de mer et surtout des crevettes.

Cependant, c’est un lieu qui a également ses cotés sombres. Cette partie de la baie de Mobile est encline à des intempéries naturelles telles que les Ouragans tropicaux Katrina de 29 Août 2005 et Claudette du 16 au 17 Août 2009. Elle a été également frappée par un incendie pétrolier le 20 Avril 2010 suite à l’explosion du puits pétrolier « DeepWater Horizon » ayant causé la mort de 11 ouvriers et d’importante marée noire.

Bayou Buffalo

Cet espace géographique est pourvu d’un écosystème et d’une biodiversité incroyablement riches. Il est caractérisé par une rivière douce longue de 85 km qui traverse Houston situé sur le territoire de Harris. Bayou Buffalo est la zone privilégiée de plusieurs espèces animales qui y viennent pour s’alimenter. Les dauphins, les crevettes, les lamantins, les alligators, les aigrettes, les pygargues à tète blanche, les hérons, les buses à queue rousse sont autant d’espèces qui suscitent la curiosité des touristes.

Voilà pourquoi cette zone abrite l’un des fameux Parcs de Houston. C’est sans doute une preuve de la générosité naturelle en terme de splendeur des milieux naturels. C’est ici que vous découvrez des plantes qui poussent des racines à l’air libre.

Bayou des Allemands

Le Bayou des Allemands désigne une étendue d’eau située sur le territoire de la Louisiane. Nous pouvons le circonscrit entre les Paroisses Saint-Charles et la Fourche. Ce cours d’eau s’écoule sur une distance de 40 km avant de se jeter dans le Lac Salvador. Il faut dire que cette région allemande de la Louisiane est née de la propagande organisée par Antoine Crozat en 1713 et visant l’occupation française de Louisiane. En effet, les allemands de d’origine suisse en eurent profité pour s’installer, d’où la naissance de Bayou des Allemands.     

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here